Accueil Politique Mike Jocktane ; « Le Gabon n’a pas un problème de ressources, mais plutôt...

Mike Jocktane ; « Le Gabon n’a pas un problème de ressources, mais plutôt de leadership »

0
Mike Jocktane ; « Le Gabon n’a pas un problème de ressources, mais plutôt de leadership » © D.R

Acteur politique de premier plan, Mike Jocktane, a profité du nouvel an pour présenter ses vœux à la population gabonaise. Dans un discours direct et franc, le président Leader du parti le ‘’Gabon Nouveau’’, a égrainé plusieurs maux qui empêchent le développement du Gabon, dont la mauvaise gestion du pays, par le pouvoir actuel. Candidat à la prochaine élection présidentielle, l’homme politique promet d’éradiquer ces phénomènes de la mal gouvernance, en s’engageant à servir le Gabon et non se servir lui-même.

 Comme tout leader d’opinion, le nouvel an est le moment propice pour partager avec ses compatriotes la situation du pays, mais aussi et surtout, donner quelques pistes de solutions pour sortir le pays dans l’état où il se trouve. Mike Jocktane n’a pas dérogé à cette tradition. Le 04 janvier dernier, l’homme politique, candidat à l’élection présidentielle, a prononcé un discours franc, qui lui a permis, une fois de plus, de déplorer la gestion du pays par le pouvoir actuel. Une gestion morose qui s’est accentuée en 14 ans de magistère du pouvoir d’Ali Bongo. C’est pourquoi, dans son discours de présentation de vœux à la nation gabonaise, le Président Leader du parti le ‘’Gabon Nouveau’’, s’est offusqué des résultats du dernier classement de l’IDH en Afrique, qui place le Gabon à la 8 ème place en Afrique, avec un score de 0,706.

Un résultat qui dénote de la réalité actuelle du pays, où, révèle l’homme politique, « le taux de chômage est de 22%, et 38% des jeunes sont sans emploi en 2022 ».  « 95000 familles vivent avec moins de 580 FCFA par jour. C’est donc environ 30% de la population qui vit sous le seuil de pauvreté, toujours selon une étude de la Banque mondiale. La pauvreté au Gabon est le résultat de la mauvaise redistribution de nos richesses, et de la mauvaise gestion de nos dirigeants ».

Parler du Gabon, c’est parler de notre vie.

Candidat à l’élection présidentielle de cette année, pour Mike Jocktane, les Gabonais n’ont pas droit à l’erreur face à ce rendez-vous de l’histoire. « Maintenant, le temps est venu pour vous et nous, de servir le Gabon, notre chère patrie, don de Dieu légué par nos ancêtres ». « Nous sommes à la croisée des chemins, à un moment capital de la vie de notre peuple, de la vie de notre pays. C’est pourquoi, je voudrais que nous comprenions tous, que lorsque nous parlons du Gabon, c’est de nos vies, de ma vie, de ta vie, de la vie de ta sœur, de ton frère, de ta mère, de ton père, de tes enfants, de tes petits-enfants, de ton épouse, de ton époux, de tes grands parents, que nous sommes en train de parler. Car, quand le Gabon gagne, c‘est toutes les Gabonaises et tous les Gabonais qui en bénéficient ».

Pour sortir le Gabon de cette léthargie, l’homme politique dit compter sur la maturité et la lucidité de chaque gabonais. « Parce qu’il s’agit du Gabon, parce qu’il s’agit de notre bien commun, parce que nous sommes tous frères et sœurs, parce que nous avons un futur ensemble et enfin, parce que nous devons agir pour l’intérêt général. Je sais que les gabonaises et les gabonais sont conscients et responsables, qu’ils savent faire preuve de discernement et qu’ils sont équipés pour faire les bons choix ».

Soulignant quelques maux qui ont secoué le pays durant l’année 2022, dont les catastrophes naturelles, la crise qui secoue la CNSS, le panier de la ménagère qui a pris un coup avec la montée vertigineuse des prix, entre autres, il s’agit là, pour l’homme politique, des incidents qui auraient être évité.

 Par, souligne-t-il, « d’une politique d’action anticipative, (des mesures préventives) et une détermination de l’État à mieux agir, à agir davantage. C’est pourquoi, au regard de l’indifférence notoire de ceux qui nous gouvernent, nous nous interrogeons pour savoir si c’est un problème de compétence ou simplement une question de volonté politique ? Je suis arrivé à la conclusion qu’il leur manque à la fois, l’un et l’autre pour servir le Gabon. Le Gabon n’a pas un problème de ressources mais plutôt de leadership.

Une meilleure gestion du pays, basée sur trois piliers ;

Pour   une meilleure gestion du pays, l’homme politique promet de présenter sous peu sa vision, qui s’articule en trois piliers. D’abord, le changement de la gouvernance, ensuite, le changement de politique économique et enfin, le changement de politique sociale. « Ce que je souhaite pour le Gabon, c’est un système de gouvernance basé sur la méritocratie, qui ne récompense pas la corruption, mais le travail et l’effort ! Ce que je souhaite pour le Gabon, c’est un développement économique en harmonie avec notre  environnement et qui tient compte du changement climatique ! ».

En conclusion, souligne t-il, «  2023 est une année où nous sommes tous appelés à relever d’énormes défis. C’est pourquoi, je vous invite à relever vos têtes, car une nouvelle espérance est en train de naître. Le meilleur est à venir et n’arrivera que ce que nous aurons décidé tous ensemble. Nous ferons échec aux fossoyeurs de la République et le Gabon immortel restera digne d’envie ».

Partager sur:

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.