Accueil Economie Hôtellerie : le Coronavirus a fait chuter de 52 % le chiffre d’affaires...

Hôtellerie : le Coronavirus a fait chuter de 52 % le chiffre d’affaires du secteur en 2020

0
Hôtellerie : le Coronavirus a fait chuter de 52 % le chiffre d’affaires du secteur en 2020/©D.R

Selon la note de conjoncture produite par la direction générale de l’Economie et de la Politique Fiscale (DGEPF), en raison de sa promiscuité et ses contacts interpersonnels, le secteur de l’hôtellerie est celui qui a le plus souffert de l’impact provoqué par la crise sanitaire liée à la Pandémie du Coronavirus l’année dernière. « L’activité de ce secteur s’est fortement contractée du fait de la mise en œuvre des mesures gouvernementales pour freiner la propagation de la maladie.

Ainsi, on a enregistré un ralentissement du flux international suite à la limitation des vols, la fermeture des hôtels, des restaurants et autres lieux de divertissements. En conséquence, le chiffre d’affaires consolidé a chuté de 52%, de même que les autres variables de suivi d’activité », a déclaré un responsable de l’institution. En l’espèce, le chiffre d’affaires du secteur a dégringolé de 17,24 milliards de FCFA en 2019 à 8,31 milliards de FCFA en 2020. Dans le même temps, la masse salariale et les effectifs ont reculé, respectivement, de 29% et de 14% ; ces chiffres s’expliquent par la généralisation de la mise en chômage technique du personnel dans presque toutes les structures hôtelières. Le nombre de clients, quant à lui, a chuté de 38%, passant de 200.373 en 2019 à 124.200 en 2020. Le taux d’occupation des hôtels, quant à lui, est descendu de 37% en 2019 à 33% en 2020.

« Cette baisse a tout de même été contenue par la bonne tenue des hôtels ayant signé des contrats avec les sociétés pétrolières devant faire observer une quarantaine d’une semaine à leurs agents avant leur départ vers les sites d’exploitation, et au retour, conformément au protocole sanitaire dédié à leur secteur », a tenu à indiquer la direction générale de l’économie. Pas sûr que ce soit suffisant pour apaiser l’impact de la situation dans les esprits.

Plus de mal que de bien

C’est le sentiment qui en découle, surtout lorsque l’on sait que le tourisme est l’un des secteurs les plus touchés et qui a, notamment, enregistré la destruction de plus de 20.000 emplois et la fermeture de plus d’une centaine d’établissements hôteliers, six mois seulement après la découverte du patient zéro en République gabonaise. A l’époque, déjà, l’alerte avait été donnée en ce sens que ces chiffres pourraient s’alourdir dans les semaines, voire les jours à venir, si rien n’était fait, alors que certaines structures subissent déjà les restrictions imposées par le Gouvernement dans le cadre de la stratégie nationale de lutte et de riposte contre la Pandémie.

Par ailleurs, l’on se souvient qu’à l’occasion d’un séminaire, s’étant tenu à peu près dans la même période, les professionnels du secteur, comme solution pour relancer le tourisme, avaient proposé un certain nombre de mesures, parmi lesquels la fin des « multiples contrôles » imposée aux opérateurs qui devenaient, ainsi, la cible privilégiée de la parafiscalité, l’harmonisation des procédures de contrôle entre les entités, la délimitation du champ de compétence des différentes entités du secteur et la mise en place d’un guichet unique de paiement. Toutefois, hormis toutes ces mesures, l’éventuelle relance de ce secteur d’activités passe par la levée ou, du moins, un assouplissement de l’état d’urgence !!!!

                                                Yohan Freddy NGUEMA ZUE

 

Partager sur:

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.